Cette question suscite beaucoup de débat : est-ce mieux d’avoir un moteur pédalier (Bosch, Shimano Steps, Bafang, …) ou des moteur roue (Nine Continent, BionX, Maxon, Strömer, …) ? Lequel est le plus efficace ? Comme d’habitude, il n’y a pas de bonne réponse et cela dépend de l’utilisation. Il y a un domaine où, indéniablement, le moteur pédalier brille : le VTT. Quand on avant à basse vitesse et qu’on grimpe des pentes raides, le moteur pédalier qui passe par la transmission démultiplié est largement plus efficace.

Par contre, lorsqu’il s’agit de déplacement quotidien sur courte ou de grande distance à des vitesses relativement élevées, le moteur roue présente des avantages. Mon but est de voir une partie des voitures sur les routes remplacées par des vélo et dans ce domaine, le moteur pédalier ne présente presque pas d’avantage. Je suis convaincu le moteur roue est une très bonne solution pour un kit de motorisation à faible entretien pour les vélo “pendulaire”.

Les avantages

Voici quelques avantages des moteurs roues à garder en tête lorsque vous faites votre choix de type de vélo. Ce n’est de loin pas pour dire que les moteurs roues sont mieux dans tout les cas mais pour mettre en lumière des avantages qui sont souvent oubliés dans les discussions courantes.

1) Propulsion indépendante

Ce point est souvent négligé, mais un moteur de moyeu a une robustesse significative en étant totalement indépendant de la chaîne de transmission humaine. Si vous avez déjà été confronté à une situation où une chaîne se brise, un dérailleur se bloque, des paquets de neige mouillés s’accumulent dans les pignons, la roue libre se brise, vous devenez assez reconnaissant que le moteur du moyeu puisse continuer à propulser le vélo pour vous ramener chez vous. Avec un moteur à mi-poussée, tout ce qui met la chaîne de transmission hors service arrête complètement le vélo, car le moteur et les pédales deviennent inutiles.

2) Moins d’usure de la transmission

Dans le cas d’un moteur roue, l’utilisation du moteur réduit l’usure mécanique de la chaîne, des pignons et du système de dérailleur, puisqu’elle diminue la contrainte exercée sur la pédale que le cycliste exercerait autrement sur la transmission. Un moteur central fait le contraire, en exerçant une force beaucoup plus importante sur la chaîne et les engrenages, la propulsion du moteur s’ajoutant désormais à la puissance humaine. Une transmission par chaîne de vélo normale est assez robuste et peut généralement supporter cette charge supplémentaire sans défaillance, mais elle s’usera beaucoup plus rapidement, ce qui nécessitera une attention plus vigilante à l’étirement de la chaîne, à l’usure des pignons, à l’alignement du dérailleur, etc.

3) Moyeux à vitesse

Ceci est quelque peu lié au point précédent, mais l’une des grandes innovations de la dernière décennie dans le domaine des équipements pour vélos a été la fabrication de moyeux à engrenages internes compacts qui ont de 7 à 14 vitesses et une large gamme de rapport. À quelques exceptions près (Rohlhoff et le Nuvinci), ces moyeux ne sont pas conçus pour supporter le stress supplémentaire d’un entraînement par moteur et ont généralement une durée de vie plus courte avec les quelques centaines de watts supplémentaires provenant d’un moteur. Si vous souhaitez utiliser un moteur central avec un moyeu à vitesse, assurez-vous de vérifier si le moyeu est conçu pour une utilisation en tandem et/ou vélo cargo, la plupart des fabricants disent explicitement non.

4) Puissance crête plus élevée

Le moteur centrale passant par la chaîne de votre vélo limite également la puissance maximale du moteur qui peut être couplée aux roues. Les niveaux de puissance dans la plage 250-750 watts sont généralement satisfaisants, mais lorsque vous recherchez une puissance de plusieurs kW, vous commencez à voir des défaillances catastrophiques avec des chaînes cassées, des roues libres cisaillées, des rayons cassés, etc. Un moteur à moyeu avec un bras de couple correctement couplé n’a pas de telles limitations.

5) Potentiel de freinage par régénération

Avec un moteur de moyeu à entraînement direct ou un moteur de moyeu à engrenages avec embrayage bloqué, le moteur peut agir comme un frein parfaitement contrôlable qui n’est pas affecté par la pluie, l’usure des plaquettes, l’ajustement des câbles ou autre chose de ce genre. De la même manière qu’un moteur moyeu réduit l’usure et l’entretien de la chaîne, il peut également réduire, voire éliminer, l’entretien des plaquettes de frein. Vous pouvez facilement effectuer 90 % de votre freinage électroniquement, seul l’arrêt d’urgence occasionnel nécessitant un engagement mécanique. Sur un moteur à entraînement central, il n’y a pas vraiment de potentiel de régénération (à moins bien sûr d’électrifier un fixie, mais nous n’en voyons pas beaucoup).

6) Facilité d’installation

Certes, les systèmes et clones BBSXX (Bafang) sont assez simples à installer si vous disposez d’outils de démontage du pédalier et de manivelles. Mais rien n’est plus facile à installer qu’un moteur à moyeu avant, où il suffit d’enlever la roue d’origine et de la remplacer par une roue motorisée. Si vous vous souciez de l’installation et de la possibilité de déplacer l’assistance sur différents vélos, il est difficile de battre un moteur moyeu avant en terme de facilité.

7) Options de capteurs de couple

Presque toutes les technologies de détection du couple de pédalage fonctionnent avec les moteurs de moyeu. En raison de la propulsion indépendante, l’entraînement par moteur de moyeu laisse un grand nombre de technologies de capteurs disponibles pour mesurer l’entrée de la pédale du cycliste, y compris la tension de la chaîne (BeamTS), la flexion de l’essieu arrière (par exemple BionX) et les nombreux capteurs de couple du pédalier (NCTE, Thun, TDCM, Sempu etc.). Avec un système d’entraînement intermédiaire, le moteur est couplé à la chaîne de transmission afin que ces capteurs puissent distinguer la puissance de la pédale de celle du moteur, et vous êtes donc bloqué avec ce que le système d’entraînement intermédiaire inclut qui a été jusqu’à présent assez limité. Certains (comme les paratonnerres et les Tongsheng) sont équipés d’un capteur de couple, alors que la grande majorité d’entre eux n’ont qu’un simple capteur de cadence de pédalage.

Il n’y a aucune raison pour que les systèmes de rechange de type bbs ne disposent pas d’un capteur de couple intégré, mais jusqu’à présent, ils n’existent que sur les boîtes de pédalier d’origine, comme celle de Bosch ou Shimano.

8) Une utilisation plus simple avec le changement de vitesse

Pour qu’un moteur central fonctionne bien, le conducteur doit passer les vitesses au fur et à mesure qu’il accélère et ralentit, et de la même façon, il doit relâcher la puissance du moteur pendant les changements de vitesse pour éviter des dégâts mécanique. Cette coupure de puissance entre chaque changement de vitesse peut être pénible et entraîner une perte de vitesse, tandis qu’avec un moteur de moyeu, vous pouvez continuer à bénéficier d’une puissance ininterrompue pendant tous vos changement de vitesse. Il existe des capteurs de changement de vitesse pour rendre automatiques ces coupures de moteur, mais vous ne pouvez rien faire si vous vous arrêtez et que vous oubliez de rétrograder d’abord. Le moteur démarrera à un rapport élevé avec une faible accélération et un faible rendement. Pour les cyclistes réguliers, ce n’est probablement pas un problème, mais pour ceux qui ont moins l’habitude, la simplicité de ne pas avoir à changer de vitesse tout le temps est l’un des grands attraits du vélo électrique. Le cycliste peut généralement laisser le vélo sur un rapport élevé et utiliser le moteur du moyeu pour prendre rapidement de la vitesse, de sorte qu’il n’a pas besoin de passer par les mouvements de rétrogradation et de montée des vitesses à chaque arrêt et départ.

Conclusion

J’espère que cet article vous aura informé et vous permettra de faire un choix qui vous convient concernant des kits de motorisation. Au lieu d’acheter un nouveau vélo électrique, la pose d’un kit de motorisation est intéressant permettant de conserver votre vélo actuel.